Les commandes sur le site internet sont suspendues jusqu'au : 01/05/2021

  • "Ce n'est pas trahir ses convictions humanistes que de faire le départ entre le réel et l'utopie ; ce n'est pas renoncer à ses idéaux que de prendre en compte ce qui est possible et ce qui ne l'est pas". Didier Leschi.

    Il n'est pas de jour qu'un sinistre événement, une image bouleversante, une crise internationale ne nous le rappelle : la question du sort réservé aux migrants est cruciale. Il y a ceux pour qui la France devient une passoire exposée à l'invasion d'étrangers indésirables et qui veulent « suspendre l'immigration » ; et il y a ceux, moins nombreux, pour qui notre pays devient, comme l'Europe elle-même, une « forteresse », manquant à tout devoir d'humanité. C'est à ces deux tendances opposées que s'adresse tour à tour la présente mise au point de Didier Leschi, directeur de l'Office français de l'immigration et de l'intégration, en plaçant chacun devant la réalité des faits et des pratiques - sans pour autant mettre au même plan ce qui relève de la démagogie, et parfois de la haine de l'autre, et ce qui témoigne, à la manière du Fratelli tutti du pape François, d'une noblesse d'âme et d'un haut sentiment de la fraternité humaine.

    En stock
    Période exceptionnelle : la commande des livres est suspendue
  • «Tout en toi pue la France. Plus d'une fois, mon visage a essuyé la violence de ce crachat. On m'a traitée en paria sous les injures et les coups. Si j'ai décidé de devenir française, c'est par amour pour la France, ses valeurs, ses traditions, sa culture, son passé, et c'est précisément ce qu'on me reproche. En faisant ce choix, je suis devenue Claire, le prénom de la honte.».
    Fille d'immigrés turcs, Çigdem Koç, devenue Claire Koç en 2008, va vivre un enfer. Famille, amis, collègues, tous l'accusent d'avoir trahi ses origines. À travers ce témoignage sidérant et unique, l'auteur dénonce l'échec de l'assimilation à la française.
    Une plongée au coeur du rejet du modèle républicain.

    En stock
    Période exceptionnelle : la commande des livres est suspendue
  • En finir avec les idées fausses sur les migrations Nouv.

    Soixante idées fausses sur les migrations décryptées et déconstruites, pour sortir des discours qui laissent croire qu'une politique d'accueil est impossible.
    Dans le contexte particulier de la prochaine campagne présidentielle, les discours d'inquiétude et de crispation, voire de rejet, à l'égard des migrants, réfugiés, exilés et étrangers, risquent d'occuper une large partie de l'espace médiatique.
    Il est indispensable de répondre à ces discours, ce qui suppose dans un premier temps de les écouter et de les décrypter. C'est ce que cet ouvrage propose de faire : il examine et analyse les préjugés, les représentations fausses et les idées reçues sur les migrations, afin de les déconstruire point par point.
    En réponse aux détracteurs de toute politique d'accueil, mais aussi à tous ceux qui hésitent ou qui s'inquiètent, ce livre propose un tour d'horizon des migrations en mettant à la disposition des lecteurs un très grand nombre d'informations, de chiffres, de données et de faits. Organisé par thématiques et rédigé dans un style très accessible, l'ouvrage s'attache à prendre le contrepied de 60 idées fausses, pour convaincre que l'accueil des exilés est non seulement possible, mais surtout souhaitable.

    Sur commande
  • La question migratoire est au coeur du discours politique et médiatique en France et en Europe, souvent traité sous un angle sécuritaire où se côtoient fantasme, peur et données erronées...
    Au cours de son expérience au sein de diverses ONG, Jean-François Corty a sillonné le monde et la France qui est aussi, aujourd'hui, un terrain d'actions humanitaires. Souvent interrogé en tant qu'expert de la question, ce roman graphique lui permet de livrer différemment son témoignage. Sa parole est plus libre que sur les plateaux télé... et la déconstruction des clichés - au premier rang desquels le terme d'appel d'air ! - d'autant plus efficace.

  • Nadege Beausson-Diagne - Mata Gabin - Maïmouna Gueye - Eye Haïdara - Rachel Khan - Aïssa Maïga - Sara Martins - Marie-Philomène NGA - Sabine Pakora - Firmine Richard - Sonia Rolland - Magaajyia Silberfeld - Shirley Souagnon - Assa Sylla - Karidja Touré - France Zobda.

    Stéréotypes, racisme et diversité : 16 actrices témoignent.

  • Selon le rapport 2018 du ministère de la Justice, 17 022 mineurs non accompagnés (MNA, autrefois dénommés « mineurs isolés ») étaient accueillis ou pris en charge en France.
    Enfants ou adolescents, majoritairement issus de l'Afghanistan, de la République démocratique du Congo (RDC) et de la Guinée, ils ont fui la guerre, les violences ou les discriminations. Ils ont mis leur vie en danger lors de parcours migratoires périlleux.
    Ces jeunes sont des « enfants » au sens de la Convention internationale des droits de l'enfant. Ce sont des personnes isolées, vulnérables.
    L'ambition de ce livre est de leur donner un visage et une voix, au travers de 11 récits personnels. Des garçons, mais aussi des filles, moins nombreuses à tenter l'aventure.
    Dans ces témoignages bruts, ils livrent des fragments de leur histoire : leur vie quotidienne dans leur pays d'origine, la situation qui a déclenché le départ, leur parcours, leur arrivée en France, leurs rencontres.
    Ce livre propose d'aller à la rencontre de jeunes filles et garçons malmenés par l'exil et le labyrinthe administratif français, mais qui parviennent parfois, petit à petit, à se reconstruire, à être de simples adolescents, à ne plus avoir peur. À vivre au lieu de survivre.

    En stock
    Période exceptionnelle : la commande des livres est suspendue
  • Depuis la fin du XXe siècle, le nombre de migrations a explosé. Aujourd'hui, on estime qu'un humain sur trente a quitté son pays de naissance. Pour des raisons économiques, politiques, climatiques... Il n'existe plus un endroit sur terre qui n'est pas concerné. Ces mouvements de population suscitent de nombreux débats dans les pays d'accueil comme la France. Pourtant, la France est traditionnellement un pays d'immigration massive. Ce documentaire clair et précis propose un rappel historique de ce phénomène, et détaille habilement les questions et enjeux actuels auxquels les pays développés doivent répondre.

  • L'islam de France est-il une impasse ? La laïcité a-t-elle trouvé ses limites ? La République a-t-elle faibli ? Où sont les musulmans face aux défis ? Et leurs imams, leurs responsables, leurs intellectuels ?
    En quoi, surtout, les dénégations et les hystéries, les polémiques et les capitulations favorisent-elles l'absence de solution ?
    C'est en praticien et théoricien sans égal que Didier Leschi répond ici à ces questions, sans présomption et sans concession.
    Le livre-vérité sur un dossier brûlant.

    Préface inédite de l'auteur.

    Sur commande
  • Les Alpes-Maritimes - entendues comme une région transfrontalière englobant le département français homonyme ainsi que le versant italien de cette frontière - sont aujourd'hui un pôle migratoire de premier plan tant par le volume de personnes migrantes concernées que par l'enjeu politico-médiatique que celles-ci représentent.
    Devenu emblématique du « retour des frontières » au sein de l'Europe unie, ce territoire désormais symbole de la nouvelle fortification européenne - au même titre que Calais ou Lampedusa - est une des scènes majeures du « spectacle de la frontière » et des multiples luttes autour de ses enjeux. Pour comprendre ce qui s'y joue, l'Observatoire des migrations dans les Alpes-Maritimes a réuni des sociologues, des anthropologues, des géographes, des politistes et des historiens, ainsi que des acteurs de la société civile autour d'une analyse de cas interdisciplinaire et multidimensionnelle.

  • Nourriture, vêtements, abris, repos, réconfort, divertissements, formation linguistique, conseils et orientations juridique, etc. Depuis 2015, la « crise migratoire » a donné lieu à la mobilisation de milliers de personnes vivant en France - citoyens ou étrangers établis, dans les villes et les quartiers, les villages - qui se réclament de l'hospitalité. Cette « crise » a révélé l'importance des engagements individuels et collectifs autour des migrants, renouvelant les formes de soutien qui leur sont apportées. Si l'hospitalité tendait auparavant à être considérée comme une pratique « ancestrale » ou « exotique », la richesse des expériences d'accueil récentes en France est au-delà de toute capacité de recension.
    Cet ouvrage rend compte de la complexité et de la diversité de ces expériences. Il permet ainsi de saisir comment l'hospitalité se construit dans le quotidien, en dévoilant ses fragilités et ses limites. Mais ses auteurs élargissent également la description, au-delà du cadre domestique, aux initiatives communales afin de comprendre en quoi cette mobilisation sociale au nom de l'hospitalité transforme notre société.

  • La France a-t-elle toujours été un pays d'immigration ? Quels en sont les vrais chiffres ? Quel en est le coût ? Le phénomène est-il plus massif que par le passé ? La permanence des flux empêche-t-elle l'intégration ? Multiculturalisme ou assimilation : quel modèle privilégier ? En quoi l'islamisme bouleverse-t-il la donne ? L'Europe est-elle dépassée ? Que dit l'Église ? Pourquoi les chrétiens sont-ils divisés ? Que faire face à l'explosion démographique de l'Afrique ?

    Voici autant de questions qui travaillent l'Europe et plus particulièrement la France, bouleversée depuis plusieurs décennies par une profonde crise de l'intégration.

    Pour tenter d'y répondre, Le Figaro, Le Figaro Magazine et le "FigaroVox" ouvrent leurs colonnes à des historiens, sociologues, philosophes, démographes, politiques, journalistes : Stephen Smith, Hubert Védrine, Michèle Tribalat, Jérôme Fourquet, Pierre Vermeren, Douglas Murray, Dominique Reynié, Chantal Delsol, Malika Sorel, Renaud Girard, Paul Collier...

    Voici un recueil exceptionnel des entretiens, analyses et reportages de ces observateurs parmi les plus brillants de leur époque. Agrémenté d'une enquête exclusive de l'Ifop décryptée par Jérôme Fourquet et d'une histoire inédite des vagues migratoires en France par Pierre Vermeren.

    Sans oeillères idéologiques, ils éclairent un phénomène qui se présente déjà comme l'un des principaux défis du XXIe siècle.

  • Plus de 100 cartes et infographies entièrement mises à jour pour comprendre les phénomènes migratoires et interroger nombre d'idées reçues. Pauvreté, conflits, catastrophes environnementales, travail, études, tourisme : quels sont les facteurs réels des migrations ? Entre accueil et rejet, les réponses politiques possibles : fermeture des frontières, expulsions, droit d'asile, naturalisations ? L'Europe face à une crise migratoire sans précédent due au conflit syrien Afrique, Asie et Amérique du Sud : les enjeux et conséquences des migrations dans les pays émergents.
    Dans cette cinquième édition, Catherine Wihtol de Wenden souligne toujours la nécessité de penser un monde qui repose sur les mobilités.

  • La peur de l'"islamisation" déborde aujourd'hui le cadre de l'islamophobie ordinaire et les rangs de l'extrême droite au point d'envahir l'espace public. Cet essai salutaire montre que la crainte d'une marée musulmane prête à submerger numériquement et culturellement l'Europe par la natalité, l'immigration et la conversion relève du fantasme. Quant au regain de ferveur spirituelle et au renouveau identitaire des musulmans, ils n'ont pas la signification conquérante ni même politique que suggère leur amalgame avec la radicalisation terroriste.
    Cette réfutation en règle interroge enfin l'obsession collective que recèle le mythe de l'islamisation : pourquoi l'Europe et la France en particulier ont-elles tant besoin de l'"ennemi musulman" ?

    Sur commande
  • Les migrations sont à la fois une réalité et un fantasme, avec un formidable décalage entre les deux. Mais c'est une vraie question, qui va encore prendre de l'ampleur avec les suites du dérèglement climatique. D'où l'importance de l'aborder sérieusement, sans arrières pensées politiciennes ni démagogie.
    En s' appuyant sur des travaux d'experts, sur des études et des rapports d'institutions internationales et d'associations, ce livre a pour objet de déconstruire les principales idées reçues sur les migrations mais aussi d'avancer des propositions pour permettre d'avoir une politique capable de répondre aux enjeux et aux défis.
    Comment se résigner à ce que la Méditerranée devienne un cimetière? Notre politique migratoire, à la fois inhumaine et indigne, est aussi inefficace et coûteuse socialement comme économiquement. Bref, son impasse est totale. Pourtant les migrations peuvent aussi être une richesse, sociale, culturelle et économique, comme son histoire en France l'atteste.

    Sur commande
  • À partir d'enquêtes de terrain menées aux frontières entre le Maroc et l'Espagne, la Grèce et la Turquie, la France et l'Italie ou la Grande-Bretagne, cet ouvrage interroge les pratiques concrètes de la police des migrants : filtrage, concentration, dispersion, harcèlement, expulsion des populations réfugiées. Les histoires de vie, les mécanismes et pratiques concrètes et les données qu'elles permettent de recueillir rendent ainsi possible de penser ensemble les logiques de gouvernement des migrations et les expériences qu'elles façonnent pour des êtres humains constamment confrontées à leur violence.

  • Smaïn Laacher était un sociologue qui travaillait sur l'immigration. Jusqu'à ce jour de mai 1999 où le Haut commissariat aux réfugiés lui proposa d'être un de ses représentants auprès de la Cour nationale du droit d'asile. Il s'agissait d'être un des deux assesseurs qui avec le juge constituent la « formation » chargée d'étudier l'ultime recours des requérants déboutés du droit d'asile en première instance.

    Durant plus de dix ans, SmaÏn Laacher va se trouver au coeur de l'institution qui applique la politique souveraine du droit d'asile. Une application pragmatique, selon l'évaluation par les juges de la véracité du dossier mais qui souvent a conscience de sa fragilité : comment juger, c'est-à-dire décider du destin d'une femme ou d'un homme qui le plus habituellement ne parle pas le français, mais doit emporter l'intime conviction des juges que sa vie est en danger dans son pays d'origine ? Il faut se forger une opinion alors que les faits supposés se sont déroulés à des milliers de kilomètres, dans un contexte dont les juges ne connaissent que des grandes lignes grossièrement rapportées, selon des spécificités religieuses, culturelles ou linguistiques que seuls des anthropologues de terrain pourraient appréhender ? Comment savoir ce que furent réellement les épreuves subies par les requérants quand les femmes tairont les violences dont elles ont été les victimes et que les réfugiés racontent souvent un même écit dont d'autres requérants leur ont dit que c'est celui que les juges attendent et entendent? Comment un juge peut-il se faire comprendre quand il est impossible de traduire laïcité en bengali ou en arabe dialectal ? Qu'est-ce qu'une preuve lorsque le juge doit se fonder sur la seule bonne foi du requérant?

  • Cet ouvrage dit la douleur de l'exil non choisi et, au delà, l'espérance et le courage d'une femme libre qui a fait siens ces mots de Virginia Woolf : "Mon pays à moi, femme, c'est le monde entier". S'étant entraînée dès l'enfance à repousser les murs des espaces, réels et imaginaires, qu'elle habitait, l'auteur explore les tensions entre la nostalgie pour là-bas et l'attirance pour l'ailleurs... Cette nouvelle édition est augmentée d'une lettre adressée par Pinar à ses ami·es de Lyon, lorsqu'elle a quitté cette ville en 2015 pour Nice.
    La "Chronologie" retraçant les grandes étapes de son parcours et le procès fleuve que lui intente l'État turc a été mise à jour, de même que la bibliographie de ses écrits.

  • La mort de migrants noyés, asphyxiés, intoxiqués, déshydratés sur les côtes de la Méditerranée, de l'Egée, de l'Atlantique comme aux frontières terrestres de l'Europe est devenue une réalité quotidienne. Aujourd'hui, les tombes d'anonymes sont chaque jour plus nombreuses dans les cimetières de Lampedusa, Lesbos, Tenerife ou Calais.
    Ces morts interrogent les sociétés où sont découverts les corps des migrants. La prise en charge de ces morts, leur identification, le lien avec la famille au pays d'origine, l'acheminement du corps ou son enterrement sur place, reposent sur une chaîne d'acteurs institutionnels et citoyens. À travers les cérémonies et les commémorations se joue, au sein des différentes sociétés européennes qui les reçoivent, la visibilisation des migrants morts. Les mouvements de solidarité et les prises de conscience politiques des habitants des lieux-frontière érigent ces mobilisations en cause des migrants. Écouter les récits, recueillir les mises en mots de la mort et de la disparition par les personnes qui circulent à travers les frontières, donne accès au vécu et aux représentations d'une migration sur laquelle plane, sans cesse, le spectre de la mort.
    Cette articulation entre des questions sur le traitement des défunts et des interrogations sur l'imaginaire de la migration permet d'offrir un nouvel éclairage dans le débat actuel sur la « crise migratoire ». Désactivant les lectures misérabilistes faisant des migrants des victimes dépourvues de capacité d'action ou des inconscients prenant des risques inconsidérés pour rejoindre l'Europe, la réflexion fait apparaître la violence dont sont porteuses les frontières européennes.
    À travers l'exploration de ces grands enjeux administratifs, politiques, affectifs et moraux, cet ouvrage invite à questionner les limites et les effets des politiques migratoires contemporaines.

  • Figure des transformations que connaît la France, le département de la Seine-Saint-Denis (93) s'inscrit, avec l'importante présence musulmane, au coeur des bouleversements démographiques et migratoires - de la marche forcée de la désindustrialisation à la haute technologie, de la persistance du chômage et d'une intégration sociale difficile à mettre en oeuvre à la percée des nouvelles générations dans le champ politique, culturel ou économique.
    Ces contrastes très accusés sont l'une des caractéristiques les plus saillantes et les moins connues de l'islam de France.
    Quatre-vingt-treize partage avec le lecteur l'expérience du terrain au quotidien, depuis les mosquées et les HLM jusqu'aux lambris des palais de la République, et la perspective historique de trois décennies écoulées, à travers l'islam des «darons», des Frères et des jeunes. Entre la tentation salafiste et la participation aux élections, le halal et l'internet, l'islam de France déploie une multiplicité de facettes qui s'inscrivent dans une citoyenneté encore inaccomplie.

    Sur commande
  • La France annonçait, au début d'octobre quinze, la décision d'accueillir et loger trente mille réfugiés fuyant des pays en guerre. Elle en est loin. Ces séjours de quelques mois qu'on a appelés « de répit », devaient permettre aux personnes de demander l'asile. Dès novembre, on apprenait que certains séjours se passaient mal, des maires disaient avoir été mis devant le fait accompli, sans aucun pouvoir de décision.
    Baïgorri, petit village du Pays basque, a accueilli cinquante personnes en provenance d'Irak et d'Iran (tous kurdes), d'Afghanistan, du Soudan, d'érythrée, de la mi-novembre quinze à la mi-février seize. À Baïgorri l'accueil se passait bien, mieux que ça encore.
    J'ai pris note de ce que je voyais et entendais ici. J'ai écouté les personnes impliquées dans cette aventure d'hospitalité. La joie que le projet suscitait était communicative, peut-être devait-on se tenir à ça, à la joie qui se répandait, une joie contre les terreurs et les resserrements.
    Notre espérance, au niveau d'un village, d'un groupe, se construisait. C'était peu, mais ça changeait tout.

    Sur commande
  • Trois nouvelles illustrées, trois points de vue d'enfants malmenés par la guerre et la migration. Cri poétique et engagé, Le soleil n'a pas de papiers dessine avec force la destinée de ceux qu'on appelle avec désinvolture « migrants ». La traversée, l'école ou les raisons du départ sont abordées ici avec une justesse et une tendresse ironique, et la plume souligne parfois la violence et la brutalité des adultes qui vivent dans un monde administratif loin des préoccupations des enfants et adolescents.

    Julie Nakache, autrice et professeure de français, retrouve ces enfants déracinés dans ses classes, et pose un regard plein d'humanité et de poésie sur les destinées poignantes des enfants de l'exil.

  • Tout le monde ou presque se dit antiraciste. Pourtant, les discriminations se perpétuent dans des proportions massives, et en toute impunité. La Mécanique raciste met à nu, chiffres à l'appui, cette remarquable contradiction. À rebours des discours complaisants faisant du racisme une simple pathologie individuelle ou un réflexe de « peur de l'autre » naturel et compréhensible, Pierre Tevanian souligne son caractère systémique et son enracinement dans notre culture. Soucieux de « connaître pour mieux combattre », il prend le racisme au sérieux et analyse ses ressorts logiques, esthétiques et éthiques, comme il est d'usage de le faire pour tout système philosophique - à ceci près qu'il s'agit ici de déconstruire une manière perverse de raisonner, de percevoir l'autre et de se concevoir soi-même.
    L'objectif de ce livre n'est pas tant de « retourner » des racistes convaincus que de questionner et armer l'antiracisme. À l'heure où se construit un consensus phobique autour du « voile islamique », du « problème des Rroms » et de la « crise migratoire », il constitue un outil précieux. Concis, précis, implacable, il démasque le « racisme vertueux » des bons « républicains » et démonte les faux-semblants de l'« antiracisme d'État » - la « tolérance », l'« intégration », le « vivre-ensemble » - pour nous ramener à l'essentiel : une question simple mais sans cesse évacuée, celle de l'égalité.

  • « L'immigration est une chance pour la France. » Voilà ce que l'on nous répète en boucle, depuis des décennies. Chirac, Sarkozy, Hollande et Macron ont tous prononcé cette phrase. Et si on vérifiait ?

    Pour la première fois, Laurent Obertone l'a fait. Pulvérisant le plus grand des tabous français, il révèle les chiffres de l'immigration, tous les chiffres, en détaille les causes, l'ampleur, l'évolution, et les conséquences. Sans concession, il répond à la question que nous nous posons tous : l'immigration a-t-elle vraiment rendu notre pays plus prospère, plus compétent, plus heureux, plus civique et plus sûr ?

    Les Français ont le droit de savoir.

    Au-delà des clivages politiques, ils ont le droit de savoir si cette France que l'on prétend meilleure et inéluctable a un avenir, et s'ils en feront partie. Ils ont le droit d'exiger un bilan transparent de ce « vivre ensemble », plutôt qu'en subir la perpétuelle apologie, plutôt que se voir ignorés, méprisés, criminalisés dans leurs inquiétudes.

    Ce bilan, le voici enfin.

    Après les best-sellers aux plus de 300 000 lecteurs La France Orange Mécanique et La France Big Brother, Laurent Obertone met un point final à sa trilogie d'investigations, et apporte avec La France Interdite son enquête majeure, la plus complète et la plus attendue jamais menée sur le sujet brûlant de l'immigration.

  • Entre la peur et la compassion, entre le besoin de sécurité, de limites et de frontières d'une part, et le sentiment d'un devoir de sauvetage des victimes d'un monde chaotique d'autre part, y a-t-il place pour un principe partagé, universel, qui ferait des migrants, plutôt qu'un problème, une cause pour tous, au sens d'une épreuve qui nous tire en avant, vers la compréhension et le désir d'un monde commun ?

empty