Les commandes sur le site internet sont suspendues jusqu'au : 01/05/2021

  • La coquille Saint-Jacques ne mène pas toujours à Compostelle ! Depuis vingt ans, Laurent Chauvaud l'écoute, l'observe et nous ouvre d'autres chemins aventureux. Grâce à la recherche scientifique, la coquille est une machine à remonter le temps, une archive environnementale, une sentinelle des évolutions du milieu marin et du réchauffement climatique, un modèle mathématique. Mais aussi un instrument de musique : le claquement de ses valves est riche de messages. La coquille nous révèle au quotidien l'état de santé de la mer. Son histoire est une odyssée jamais racontée ; sa biologie, un miracle de la nature. Ce sont les secrets de la coquille Saint-Jacques que nous dévoile ce récit ludique, écologique et merveilleux ! Laurent Chauvaud, directeur de recherche au CNRS, nous emmène au coeur de son laboratoire situé à l'extrémité de la rade de Brest, mais aussi en Norvège, Californie, Arctique et Antarctique. Au cours de ses explorations, il nous révèle les coulisses de son métier qui cultive la sérendipité, cet art de trouver ce qu'on ne cherche pas.

  • L'Artiste qui intervient dans un édifice de culte doit avant tout se mesurer à l'histoire du lieu et surtout à celle des hommes qui l'ont fait vivre ; à Vissieuxen- Vercors, village martyr, le caractère empathique de la commande prend là une dimension plus intense. À la Libération, des artistes dans la veine de Germaine Richier ou de Georges Rouault avaient exprimé à travers les thématiques religieuses leur sentiment face aux horreurs de la guerre, et les représentations « désincarnées » du corps du Christ répondaient au drame qu'ils venaient de vivre comme l'avait déclaré André Marchand à propos de sa Crucifixion : « Je n'y peux rien si aujourd'hui le Christ est pour moi cet homme d'un charnier de Dachau. » Aussi, à l'aube du xxie siècle, Cerino et Zagari, qui n'ont pas connu la guerre, ont souhaité d'emblée définir leur posture face au lieu et à sa charge historique : « Faire écho à la mémoire immuablement présente, avec la plus grande lucidité, vivre avec ce poids et avancer avec courage. » Une nouvelle fois, c'est à travers la représentation de l'Homme, celui qui porte en lui la confiance et la sérénité, qu'ils ont mis en résonnance leur intervention s'inscrivant de cette façon dans la mémoire du lieu où « la vie est plus forte que la mort » comme l'a exprimé le père Gagnol.

  • Loin du monde du silence, le milieu marin doit se concevoir comme un environnement sonore. L'océan est porteur de bruits d'origine physique (vagues, pluie, glace, séismes) et biologiques (chant des baleines, clics des dauphins, claquements de crevettes ou d'oursins). Ce paysage acoustique est essentiel pour la faune marine. Il participe, entre autres, à l'orientation des larves, à la communication des animaux entre eux, à la détection de prédateurs. Toutefois, depuis un peu plus d'un siècle, les activités humaines modifient grandement ce paysage acoustique. Les bruits d'origine anthropique proviennent des navires, des installations posées en mer, des sonars et plus récemment de l'utilisation des énergies marines renouvelables. La faune marine perçoit-elle ces nouveaux sons ?

    La question de l'impact des sons anthropiques sur la faune marine se révèle un enjeu écologique et économique majeur pour les années à venir. Les auteurs montrent la diversité de leurs effets sur la faune grâce à une approche multidisciplinaire associant la physique, la réglementation, la biologie et l'étude d'impact ; une place particulière est donnée aux premiers retours d'expérience de production d'énergies marines renouvelables (EMR) en Europe.

    Cet ouvrage se veut un premier état des lieux d'un champ de recherche qui ne fait que commencer.

  • Prise dans l'univers des sociétés rurales, la justice est un outil de régulation sociale et d'arbitrage. Mais elle est aussi prise dans une multiplicité d'usages, depuis les stratégies d'évitement jusqu'à des processus d'instrumentalisation en passant par des formes d'ignorance réciproques. Cet ouvrage, issu des travaux de chercheurs venant de plusieurs disciplines (histoire, droit, sociologie, géographie, histoire de l'art) a pour ambition de confronter les approches, de rendre compte de la vitalité de la recherche et des enjeux qu'elle révèle en les inscrivant dans la longue durée, de la fin de l'Ancien Régime à nos jours.

  • La vie existe-t-elle sous la glace ? La réponse est oui ! C'est ce qu'illustre magnifiquement cet ouvrage de scientifiques spécialistes des environnements polaires. Sur la trace de Dumont d'Urville et de Paul-Émile Victor, plongeant sous la banquise, ils explorent les fonds de la terre Adélie et de l'île des Pétrels. À la recherche des pétoncles dont les dépôts calcaires sont une véritable mémoire de l'environnement, ils vont découvrir une flore et une faune exubérantes qui n'ont rien à envier aux eaux tropicales.

  • Fruit du travail engagé depuis 2012 par son comité de rédaction, l'Atlas permanent de la mer et du littoral (Apml) fait peau neuve avec une maquette entièrement revue.

    En 75 planches cartographiques mobilisant une cinquantaine d'auteurs spécialistes des espaces littoraux et maritimes, l'Apml n°7 propose une analyse géographique selon cinq entrées thématiques : - aléas naturels et vulnérabilité, - aléas technologiques et vulnérabilité, - usages et dysfonctionnements environnementaux, - sûreté et espaces conflictuels, - risques et enjeux d'aménagement.

    La diversité des thèmes abordés et la variété des échelles de restitution mettent en lumière les multiples facettes des risques pesant sur les espaces littoraux et maritimes. L'ouvrage révèle les enjeux portant sur ces milieux riches et fragiles, les dynamiques en cours, analyse ces territoires soumis à de multiples pressions et plus que jamais convoités.

    La collection des Atlas permanents de la mer et du littoral s'adresse à un large public : professionnels, décideurs, usagers, étudiants, ou même simple lecteur soucieux de s'informer et curieux du regard porté par les géographes sur la mer et le littoral.

    Edition LETG-Nantes Géolittomer, Unité Mixte de Recherche du CNRS (UMR 6554, Littoral, Environnement, Télédétection, Géomatique)

empty