Les commandes sur le site internet sont suspendues jusqu'au : 01/05/2021

  • La Bruyère (1645-1695) développe dans les Caractères (1688) une réflexion intemporelle sur l'homme, mais toujours incarnée. Loin d'une peinture abstraite, La Bruyère dresse le portrait vivant de ses contemporains : il dessine une galaxie de caractères, de types, dans une forme brève qui lui permet de manier l'ironie et le sarcasme. Des courtisans aux amoureux, nul n'est épargné par le ton acerbe du moraliste.

  • « Champagne, au sortir d'un long dîner qui lui enfle l'estomac, et dans les douces fumées d'un vin d'Avenay ou de Sillery, signe un ordre qu'on lui présente, qui ôterait le pain à toute une province si l'on n'y remédiait. Il est excusable : quel moyen de comprendre, dans la première heure de la digestion, qu'on puisse quelque part mourir de faim ? »

  • Dans Folioplus classiques, le texte intégral, enrichi d'une lecture d'image, écho pictural de l'oeuvre, est suivi de sa mise en perspective organisée en six points:
    Mouvement littéraire : Moralistes et forme brève
    Genre et registre : Le caractère en question
    L'écrivain à sa table de travail : Éléments de génétique pour Les Caractères
    Groupement de textes : Le théâtre du monde
    Chronologie : La Bruyère et son temps
    Fiche : Des pistes pour rendre compte de sa lecture.


    Sur commande
  • «La philosophie convient à tout le monde ; la pratique en est utile à tous les âges, à tous les sexes et à toutes les conditions ; elle nous console du bonheur d'autrui, des indignes préférences, des mauvais succès, du déclin de nos forces ou de notre beauté ; elle nous arme contre la pauvreté, la vieillesse, la maladie et la mort, contre les sauts et les mauvais railleurs ; elle nous fait vivre sans une femme, ou nous fait supporter celle avec qui nous vivons».

    Dans une langue étincelante, un kaléidoscope de maximes acerbes et de portraits croqués sur le vif : un antidote efficace et jubilatoire à la comédie sociale.

    Sur commande
  • " ii faut rire avant que d'être heureux de peur de mourir sans avoir ri.
    " ce mot contient toute l'amertume de la bruyère, il suggère aussi. toute sa profondeur et sa tendresse. timide et solitaire, malchanceux et sans charme, traité comme un valet par les condé, ses employeurs, ce petit-bourgeois parisien se venge par son esprit, sa folie comique, sa terrible lucidité. dans son livre unique, qu'il couve pendant dix ans, il se déchaîne contre les puissants, les fars, les parvenus, les prétentieux, les snobs.
    ii a tout observé du spectacle de la rue, de la misère des campagnes et de la vanité de la cour. ses réflexions, ses portraits et ses éclats de rire sont des traits de vengeance, qui annoncent, avant diderot, les changements futurs. et quand ce moraliste en guerre contre sa société rêve sur l'énigme de l'être humain, quand il parle de la solitude, du chagrin, des femmes ou de l'amitié, il est aussi notre contemporain.

  • Un ouvrage original qui apportera aux élèves tous les éléments nécessaires à leur étude, notamment :- les explications et les informations nécessaires à la compréhension des Caractères (notes, commentaires stylistiques et historiques, rapprochements littéraires, sujets à débattre, etc.) ;- un abondant dossier historique et littéraire développe les axes thématiques et problématiques essentiels à l'analyse de l'oeuvre comme à l'organisation du débat ;- des outils méthodologiques précis guident la mise en place des notions (fiches, index) ;- des choix de textes et d'auteurs variés ainsi que de larges extraits d'autres chapitres des Caractères prolongent la lec-ture ;- une lecture d'image (tableau) complète l'approche didactique.

  • Maximes et pensees

    Jean de La Bruyère

    • Rocher
    • 1 Janvier 1998

    La gloire ou le mérite de certains hommes est de bien écrire ; et de quelques autres, c'est de n'écrire point.

  • BnF collection ebooks - "C'est un métier que de faire un livre, comme de faire une pendule : il faut plus que de l'esprit pour être auteur. Un magistrat allait par son mérite à la première dignité, il était homme délié et pratique dans les affaires : il a fait imprimer un ouvrage moral, qui est rare par le ridicule. Il n'est pas si aisé de se faire un nom par un ouvrage parfait, que d'en faire valoir un médiocre par le nom qu'on s'est déjà acquis."BnF collection ebooks a pour vocation de faire découvrir en version numérique des textes classiques essentiels dans leur édition la plus remarquable, des perles méconnues de la littérature ou des auteurs souvent injustement oubliés. Tous les genres y sont représentés : morceaux choisis de la littérature, y compris romans policiers, romans noirs mais aussi livres d'histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou sélections pour la jeunesse.

  • Les caracteres, livres v a x - bac 2022 (prospection) Nouv.

  • « Champagne, au sortir d'un long dîner qui lui enfle l'estomac, et dans les douces fumées d'un vin d'Avenay ou de Sillery, signe un ordre qu'on lui présente, qui ôterait le pain à toute une province si l'on n'y remédiait. Il est excusable : quel moyen de comprendre, dans la première heure de la digestion, qu'on puisse quelque part mourir de faim ? »

  • Premier effect que doivent produire les caracteres pour interesser et pour preparer à la terreur et à la pitié. L'admiration est un mouvement d'amour-propre et de surprise qui naît dans l'âme à l'aspect des efforts extraordinaires par lesquels un grand homme semble elever avec luy toute la nature humaine : nous ne pouvons nous empecher d'aimer cet homme. Nous luy sçavons bongré de nous montrer jusqu'où nous pouvons aller, et de nous occuper de l'excellence de nôtre être, et voilà, je pense, par quels ressorts l'admiration produit l'affection.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Les Caractères
    Jean de La Bruyère
    La Bruyère est célèbre pour une oeuvre unique, Les Caractères ou les Moeurs de ce siècle (1688). Cet ouvrage, constitué d'un ensemble de brèves pièces littéraires, compose une chronique essentielle de l'esprit du XVIIe siècle.
    La première édition des Caractères parut en mars 1688, sous ce titre : les Caractères de Théophraste, traduits du grec, avec les Caractères ou les moeurs de ce siècle. Le nom de l'auteur ne figura sur aucune édition publiée de son vivant.
    Bien que cette première édition contînt surtout des remarques, et presque point de portraits, le succès fut tout de suite très vif, et deux autres éditions parurent dans la même année 1688, sans que La Bruyère eût le temps de les augmenter notablement. En revanche, la 4e éd. (1689) reçut plus de 350 caractères inédits; la cinquième (1690), plus de 150; la sixième (1691) et la septième (1692), près de 80 chacune; la huitième (1693), plus de 40, auxquels il faut ajouter le discours à l'Académie. Seule la 9e édition (1696), qui parut quelques jours après la mort de La Bruyère, mais revue et corrigée par lui, ne contenait rien d'inédit. Source Wikipédia.

  • Les Caractères ou les Moeurs de ce siècle est une oeuvre écrite par Jean de La Bruyère et dont la première édition paraît en 1688.
    À la variété de la réalité humaine et sociale observée, répond donc la variété de la forme qui en rend compte.
    L'auteur affiche sa préférence pour les Anciens dans son livre, à commencer par l'épigraphe en latin d'Érasme. En effet, il dit traduire seulement du grec l'oeuvre de Théophraste. En se plaçant ainsi directement et ouvertement dans la lignée de ce philosophe de l'Antiquité, il souligne sa fidélité à la tradition des philosophes moraux. Mais en même temps, à la fin du Discours sur Théophraste, il revendique son originalité en parlant de « nouveaux Caractères » , ce terme d'« originalité » doit se comprendre à la fois « comme retour aux origines et comme instauration d'une nouvelle origine ». Le succès de l'oeuvre est dû à sa qualité, notamment à l'originalité surprenante de sa structure, à son style brillant, mais aussi à la vérité de la peinture des moeurs contemporaines : elle reflète les maux sociaux et culturels, et sait faire la critique de l'importance de la mode.
    |Source Wikipédia|

  • «Les Caractères» sont la réflexion de toute une vie. Si La Bruyère semble parfois absent, c'est parce qu'il s'est retiré en spectateur. Il observe, et de là en tire une série de fragments, de maximes et de portraits qui démêlent le rapport complexe entre la nature humaine et ses moeurs. Qu'en est-il de l'argent? De l'amour? Ou de la religion? «Les Caractères» c'est aussi l'emblème du débat entre les Anciens et les Modernes. La Bruyère, avec cette traduction anonyme d'un auteur grec, Théophraste, s'inscrit dans la lignée des Anciens. Pourtant, il évoque aussi le Moderne - l'oeuvre annonce le vent de contestation qui s'exprimera au XVIIIe siècle.



    Jean de la Bruyère (1645-1696) est un moraliste français. Il est diplômé de droit, mais sa situation financière ne s'améliore qu'à l'arrivée d'un héritage. Il obtient une rente annuelle, mais un vol dans son domaine le contraint à travailler. Il devient précepteur, et est logé chez son nouveau maître à Versailles. Lorsque le grand-père de son élève meurt, il est chargé de la bibliothèque. C'est une aubaine pour La Bruyère, qui observe la société depuis sa position reculée. Il écrit alors, sous forme de portraits, «Les Caractères ou les Moeurs de ce siècle», qu'il publie de manière anonyme. C'est un succès retentissant. Il est élu à l'académie française en 1693, mais son discours d'entrée va amorcer la fameuse querelle des Anciens et des Modernes.

empty