Les commandes sur le site internet sont suspendues jusqu'au : 10/05/2021

  • Edition enrichie de Claude David comportant une préface et un dossier sur le roman.

    "Lorsque Gregor Samsa s'éveilla un matin au sortir de rêves agités, il se retrouva dans son lit changé en un énorme cancrelat. [...] "Que m'est-il arrivé?" pensa-t-il. Ce n'était pas un rêve. [...] "Et si je continuais un peu à dormir et oubliais toutes ces bêtises", pensa-t-il, mais cela était tout à fait irréalisable, car il avait coutume de dormir sur le côté droit et il lui était impossible, dans son état actuel, de se mettre dans cette position. Il avait beau se jeter de toutes ses forces sur le côté droit, il rebondissait sans cesse sur le dos."

  • Le procès

    Franz Kafka

    Un matin, au réveil, alors qu'il n'est coupable d'aucun crime, Joseph K. est accusé et arrêté. Arrêté, mais laissé entièrement libre. Accusé, mais sans savoir ni de quoi ni par qui. Ainsi s'ouvre Le Procès, qui dépeint les affres d'un personnage aux prises avec un adversaire aussi implacable qu'insaisissable, la Loi.
    Terreur, mépris, révolte, indifférence : quoi qu'il éprouve ou fasse, le prévenu s'enferre, aggrave son cas, court à sa perte. Et, à mesure que s'effondrent toutes ses hypothèses, la réalité se dévoile pour ce qu'elle est... un univers de faux-semblants.
    Roman de la justification impossible, Le Procès nous invite à emboîter le pas à Joseph K., au narrateur et à Kafka lui-même, pour méditer sur le destin d'un individu, le sens de la vie et la question du salut.
    © 1983, Flammarion, Paris, pour la traduction française.
    VO : "Der Process" Édition corrigée et mise à jour en 2011 Couverture : Virginie Berthemet © Flammarion

  • 'Très cher père,
    Tu m'as demandé récemment pourquoi je prétends avoir peur de toi. Comme d'habitude, je n'ai rien su te répondre...'
    Réel et fiction ne font qu'un dans la lettre désespérée que Kafka adresse à son père. Il tente, en vain, de comprendre leur relation qui mêle admiration et répulsion, peur et amour, respect et mépris.

    Réquisitoire jamais remis à son destinataire, tentative obstinée pour comprendre, la Lettre au père est au centre de l'oeuvre de Kafka.

  • Le Château

    Franz Kafka

    " Tout ce que je laisse après moi (...) doit être brûlé sans restriction et sans être lu ".
    Ainsi Kafka demandait à son exécuteur testamentaire de détruire ses manuscrits, dont celui, inachevé, intitulé Le Château. On y rencontre un homme, K, face au chaos de la bureaucratie. Les personnages, incapables d'agir, s'obstinent dans une confusion absurde. Plus que tous ses autres textes, c'est ce roman qui installe la définition du mot " kafkaïen ".

  • Texte majeur, mais totalement méconnu, même par ses fans, Joséphine la cantatrice est l'ultime écrit de Kafka. On peut le considérer comme son testament littéraire. Rédigé en mars 1924, deux mois avant sa mort, et publié le 20 avril, il brosse le portrait grinçant d'une cantatrice pleine de superbe, sans doute la dernière artiste de son pays, qu'on adule sans pour autant apprécier son chant, ni même la musique en général. Mais quelle est donc cette société où l'art semble n'avoir plus qu'une fonction d'ornement ?
    Avec une préface de Sarah Chiche.

  • "L'officier mit la machine en route et, dans le silence qui s'instaurait, le condamné fut couché sous la herse. On détacha les chaînes et, à leur place, on fixa les sangles ; il sembla tout d'abord que, pour le condamné, ce fût presque un soulagement. Et puis la herse descendit encore un peu plus bas, car l'homme était maigre. Quand les pointes le touchèrent, un frisson parcourut sa peau..."
    Avec " Le Soutier " premier chapitre d'Amerika, et La Métamorphose, ce recueil de nouvelles constitue l'essentiel de l'oeuvre qu'a voulu produire et publier Kafka. C'est donc là-dessus d'abord et surtout, si du moins c'est à l'écrivain qu'on s'intéresse, qu'il convient de le juger.

  • Polonais Proces

    Franz Kafka

    Wladza jest wszedzie, cho´c nikt nie wie, kto naprawde za nia stoi. Wladza jest anonimowa.

    Najwieksza jej moc? Absurd. Wytracanie czlowieka z poczucia niewinno´sci i bezpiecze´nstwa.



    Pewnego dnia Józef K. budzi sie w swoim mieszkaniu, po czym zostaje aresztowany przez urzedników, nie wiedzac nawet za co. Do czasu rozprawy wiódl normalne zycie, ale dzie´n, w którym zostaje podejrzanym zmienia je na zawsze. Rozpoczyna sie seria absurdalnych wydarze´n. Rzeczywisto´s´c staje sie dla niego koszmarem.

    O losach Józefa K. nie dowiadujemy sie zbyt wiele. Podobnie jak o jego winie ani o tym, jaka jest prawda. Jeste´smy za to ´swiadkami procesu, w którym czlowiek zderza sie z prawem. Z sila wykraczajaca poza ludzkie mozliwo´sci. I nie ma od tego odwrotu.



    "Proces" Franza Kafki to ´swiatowa klasyka literatury XX wieku. Autor w 1914 roku stworzyl genialna metafore totalitaryzmu i biurokratyzmu, pa´nstwa odbierajacego jednostce prawo do bycia wolnym, narracje o samotno´sci czlowieka we wspólczesnym ´swiecie.

  • Polonais Wiatronogi

    Franz Kafka

    Fed´z, stary pastuch wyrusza w podróz ze swoimi ko´nmi. W´sród stada mlodych, pieknych i niezwykle sprawnych zwierzat znajduje sie leciwy walach. Wspóltowarzysze wy´smiewaja sie z konia, a przeciez i on ma za soba lata ´swietno´sci. Czy opowie´s´c o mlodo´sci wplynie na jego pozycje w stadzie?

    Piekna historia o przemijaniu, staro´sci i szacunku do innych napisana z niezwyklej perspektywy starego konia. Poruszy najtwardsze serca i skloni do refleksji nad pozycja osób starszych w spolecze´nstwie.

empty