Les commandes sur le site internet sont suspendues jusqu'au : 01/05/2021

  • Le sang de l'aube est lavé au jet d'eau ; Les dents sont passées au crible ; La kératine s'entasse et se rétracte ; La mort fonctionne ; Si le soleil ni la mort ne se peuvent ; Regarder en face qui verra ; La mort de la mort ; Terre a perdu son genre grammatical ; Les pierres et les vers sont remontés ; A la surface se sont retournés ; Sont redescendus dans le royaume des racines doigts sucés écrasés.

  • Ici en exil

    Emmanuel Merle

  • «Toutes les flèches oubliées reviennent et réintègrent
    Le carquois sombre du cumulus. Toutes ces batailles
    Perdues. Le champ du ciel s'ouvre à nouveau
    Pour que les fantômes des tribus mortes crient
    Et frappent le troisième millénaire de leurs éclairs mauves.
    Marche au milieu. Ta poésie fait cage de Faraday.
    Rapacité est injure au rapace. J'ai rêvé d'un saloon
    Où les massacres aux yeux de verre étaient têtes
    D'Indiens, femmes, enfants, trophées aux cheveux
    Poussiéreux, vies empaillées. Marche au milieu.
    Ta poésie est paratonnerre. Le ciel est échevelé
    D'éclairs en Arizona, pupille injectée au Montana.
    Black Hills au loin pailletées d'or par l'orage.
    Marche au milieu des idées qu'il faut foudroyer.
    Les mots sont des arcs en retour consentants,
    Les livres d'histoire des cumuls qui couvrent
    La terre entière.
    Mets-toi sous un arbre er récite tes vers.

  • Sirène. Je n'ai pas entendu le chant des baleines, Pourtant j'étais cloué au mât solitaire, Ni vu leur souffle de Voie lactée, Mais Les yeux bandés par le brouillard, J'imaginais le fleuve comme un ciel à l'envers Où de gros dirigeables bleus, blancs et gris Dérivaient sans jamais se poser, Souriant de tous leurs fanons. Je rêvais que la liberté s'en allait sous l'eau Mouvante et souple, énorme et légère.

  • Redwood

    Emmanuel Merle

    «Quand on a débouché au sommet du col, le soleil venait de nous frapper dans le dos. Un genre de soleil déjà enragé qui bombardait les pierres, bien qu'il ne fût pas encore 9 heures. À s'en protéger il ne fallait même pas penser. Ici la nature ne faisait pas dans le bucolique. Tout était âpre et chaotique. Il n'y avait rien à craindre, mais le paysage donnait la sensation que la beauté et la mort s'entendaient à merveille.» Monologues insolites, ces nouvelles sont comme autant de facettes d'un seul et même personnage, solitaire et désenchanté, blessé par la vie, qui se détourne de la société pour trouver dans la nature rédemption et seconde chance.

  • Schiste

    Emmanuel Merle

    • Alidades
    • 15 Septembre 2013
  • À partir de quels événements, quels débordements incontrôlés en vient-on à se demander comment habiter à nouveau son corps ? La sensation du "démembrement", de l'éparpillement de soi n'est certes pas nouvelle, mais elle est plus que jamais moderne.

    Nous voudrions réintégrer ce corps qui nous échappe en un siècle où c'est la dépossession qui nous accable. Il reste l'enfance, cet immédiat du monde, que peut-être la poésie et la peinture parfois peuvent encore atteindre. Il reste l'autre à rejoindre, qui peut-être ne réclame qu'un geste. Il reste la nature, dans son indifférence parfois bienveillante, pour tenir à distance la barbarie.

  • - Cet ouvrage de culture générale propose des leçons originales à partir de textes de références.
    - Pour chaque chapitre, quatre textes sont mis en vis-à-vis et commentés par deux professeurs se faisant écho.
    - Le dernier chapitre est consacré aux méthodes de dissertation, aux contractions de textes ainsi qu'à la synthèse.

empty