Les commandes sur le site internet sont suspendues jusqu'au : 01/03/2021

Niet

  • En 2017, la réduction drastique des contrats aidés a entraîné une mobilisation de salarié.e.s d'associations. Dans le cours de la lutte, les conditions de travail au sein de ce secteur supposé non-marchand ont parfois été évoquées, mais elles demeurent mal connues.

    Ce livre rend compte de modalités d'exploitation violentes et perverses, dissimulées derrière l'idéologie du civisme et de l'engagement associatif : rapports hiérarchiques brutaux, injonction permanente à "ne pas compter ses heures", utilisation sans mesure du bénévolat et des services civiques. Les associations, un secteur capitaliste parmi les autres ? "Mais te plains pas, tu pourrais bosser à l'usine !"

  • Les Gilets jaunes semblent défier le pouvoir autant que l'analyse. Basé sur des expériences directes, ce petit livre interroge les pratiques qui s'y sont déployées - et parfois confrontées. Alors que chaque nouvelle séquence de la lutte a semblé effacer la précédente, on en retrace ici l'enchaînement : des blocages aux émeutes, des occupations de ronds-points aux assemblées populaires, des appels à l'unité avec les forces de l'ordre à la critique de la répression.

    Surgie et demeurée en dehors des cadres des forces politiques classiques, que nous dit cette révolte du cours de la lutte des classes ? Quels sont les mouvements qui l'agitent ? Quels débordements de l'ordre social laisse-t-elle entrevoir ?

    Sur commande
  • Naguère, les êtres de même sexe qui entretenaient des relations amoureuses risquaient la condamnation, voire la mort. Mais la question de leurs pratiques ne se traduisait pas socialement. Le XIXe siècle n'a pas seulement inventé le mot "homosexuel", il a aussi créé "l'homosexualité" comme catégorie médicale et juridique, comme identité. Ce livre explore la façon dont la "question homosexuelle" s'est constituée en lien avec l'extension des rapports capitalistes, de la formation de la catégorie à sa consécration, de l'Allemagne de Weimar aux usines de Buffalo, des écrits de Patricia Highsmith à ceux de Mario Miéli.

    À horizon: la possibilité d'un autre monde où l'on serait humain sans se classer en homo, hétéro - sans que des pratiques sexuelles ne définissent une identité.

    Sur commande
  • Le soulèvement des Gilets jaunes a ébranlé la France des riches durant de nombreux mois. A Paris, samedi après samedi, des milliers de manifestant.e.s ont déambulé au hasard des quartiers bourgeois pour exprimer leurs colères. Entre défilés tranquilles et émeutes populaires, barricades enflammées et « Ahou ahou ahou » scandés à tue-tête, affrontements avec la police et réappropriation de l´espace public, les Gilets jaunes ont donné à voir une autre image des rues parisiennes : celle de la révolte. Le photographe militant Serge d´Ignazio retrace dans ce livret les 18 premiers actes de ce mouvement.

    Sur commande
  • L'état d'urgence décrété après les attentats de novembre 2015 vient souligner avec force les politiques sécuritaires déjà à l'oeuvre depuis de nombreuses années en France. Au regard de ces événements récents, Mathieu Rigouste analyse le nouveau modèle de militarisation du territoire qu'il qualifie de « rhéostatique », c'est-à-dire capable d'être en permanence nivelé, en fonction des besoins de contrôle social des classes dominantes. Il revient sur les origines coloniales de l'état d'urgence, et sur la manière dont le contrôle militaro-policier du territoire et la guerre menée à l'extérieur s'inscrivent dans une seule et même logique : celle du capitalisme de la sécurité et du business des marchands d'armes.

  • Une maison ce n'est pas seulement quatre murs et un toit. Du moment où elle est imaginée et construite, à celui où elle est vendue, habitée, revendue et finalement démolie, cet endroit ne cesse d'être traversé de conflits.» A travers ce roman graphique, le collectif américain Prole.info propose une efficace et abordable analyse de la guerre de classe en société capitaliste.

    Le capitalisme entraîne l'existence de banlieues et de bidonvilles, de copropriétés et de ghettos. Cela veut dire expulsions et dépôts de garantie, appartements froids, moisis, infestés et loyers élevés. Cela veut dire travail répétitif, ennuyeux, dangereux ; chômage et sans domiciles. Cela veut dire isolement, fausse intimité et vraie communautés conservatrices ; préjugés, racisme et politiquement correct. C'est la spéculation, la réglementation, la croissance et la stagnation, la crise et la guerre. C'est des propriétaires et des usuriers, des policiers et des politiciens, des bureaucrates et des patrons.

  • Alors que la ville de Marseille, la métropole et la région essaye de « valoriser » le centre-ville à coup de dizaines de millions investis dans la rénovation urbaine, le quartier de la Plaine tente tant bien que mal de résister au processus de gentrification souhaité en haut lieu. Fin 2018, les habitant.e.s du quartier s´opposent vigoureusement à la restructuration de la place de la Plaine. Ils mènent une véritable bataille quotidienne contre à la mairie, les bétonneurs et la police. Les photos de Tomagnetik viennent judicieusement éclairer cette lutte populaire qui n´a pas encore dit son dernier mot.

  • Le photographe indépendant Pabloc a suivi pendant plusieurs mois la vie sur les ronds-points des Gilets jaunes de la région grenobloise. Des premiers blocages massifs de zones commerciales à la construction de cabanes sur les ronds-points, de la découverte de la vie collective aux assemblées de lutte, les Gilets jaunes isèrois ont façonné localement, comme des dizaines de milliers d´autres dans le pays, un renouveau de l´action politique. Ce reportage photo illustre à merveille cette dynamique.

  • En juin 2015, la France ferme sa frontière avec l'Italie aux personnes arrivées là suite à la traversée de la Méditerranée. À Vintimille, un groupe de migrants menace de se jeter à l'eau depuis les récifs de Balzi Rossi si la frontière n'est pas ouverte et refuse de monter dans les cars de la police italienne venue pour les expulser. Cette résistance et ce blocage sont le point de départ d'une lutte contre la frontière qui ne s'est pas arrêtée depuis. Les paroles de différents acteurs de cette lutte se croisent dans ce petit livre en un récit composite entre mer et montagnes.

    Sur commande
  • Loin des fantasmes révolutionnaires européens et loin du soutien au régime turc affiché par la presse occidentale, ce livre revient sur la « sale guerre » coloniale de l'État turc au Kurdistan, en donnant directement la parole à celles et ceux qui là-bas combattent inlassablement pour la liberté et l'autonomie. A la volonté d'autogestion, au refus de l'État-nation, au mouvement des femmes, et au rejet du capitalisme qui s'expriment au sein du mouvement kurde, le régime de l'islamo-conservateur Erdogan oppose les arrestations, les tanks, les sièges sans fin des villes kurdes, les massacres... Le collectif Ne var ne yok propose donc une série d'entretiens, réalisés à l'hiver 2016, avec des camarades kurdes du sud-est de la Turquie qui ne baissent pas la tête. Serhildan !

  • En détruisant la jungle de Calais à l'automne 2016, et en dispersant tous ses occupants aux quatre coins de la France, l'État a prétendu faire oeuvre « humanitaire » ; en réalité, ce déplacement de population s'inscrit dans une continuité de gestion de la « question migratoire » dans le Calaisis, entre acharnement policier et paternalisme des associations...

    Depuis une vingtaine d'années, du hangar de Sangatte au centre de rétention de Coquelles, de la constitution de la grande jungle de Calais à son « démantèlement », des milliers de personnes en exil se sont trouvées piégées face à la frontière, dernier obstacle avant le Royaume-Uni.

    La parole est ici donnée aux personnes immédiatement concernées, personnes en exil ou militants solidaires, afin que d'autres voix se fassent entendre, pour éclairer l'action présente et future.

    Sur commande
  • Milot l'incorrigible est une biographie d'Émile Delagrange. Au fil des archives de police, on suit le parcours carcéral de ce gamin de Charonne à la fin du XIXe siècle.
    Cela nous permet de dresser un tableau du système carcéral de l'époque : Petite Roquette, colonie correctionnelle, maison centrale et bagnes de Guyane. Parallèlement, la trajectoire de cet apache, entre arrestations et révoltes, évasions et insoumissions, nous renvoie aux questions du traitement judiciaire de la jeunesse, de la prison, de la justice de classe et nous montre comment des anonymes, oubliés de l'Histoire, ont portés avec courage et bravoure leur volonté de vivre libre.

  • Alors comme ça, Daech nous aurait « déclaré la guerre » le 13 novembre ? Face à l'idéologie inlassablement rabâchée qui ne veut voir au Moyen-Orient que « conflits confessionnels » et « chocs des civilisations », ce court essai dresse une analyse de ce qu'est l'État Islamique, non à partir de la religion mais à partir des bases matérielles : comme un quasi-État en cours d'intégration dans cette partie du monde en pleine poussée contre-révolutionnaire.
    La guerre actuelle n'est que la dernière en date d'une longue série d'interventions occidentales. Et loin d'être un combat de la Civilisation contre la Barbarie, elle s'inscrit dans une logique post-coloniale et impérialiste.

  • Se debrouiller - un harrag tunisien raconte sa vie Nouv.

empty