Jillian Tamaki

  • L'adolescence est une forme de vie mutante. Forte de cette évidence, l'auteure canadienne Jillian Tamaki ( Skim , Cet été-là ) imagine une université d'un genre un peu spécial, dédiée à des élèves dotés de pouvoirs paranormaux.
    Harry Potter ? Oui mais non. Wendy, Marsha, Cheddar, Frances, le Garçon Éternel ne fréquentent pas cette « école des petits sorciers » pour servir de vastes desseins métaphysiques. Pour eux, l'af rontement du Bien et du Mal se limite à la gestion de leurs af res de teenagers. Les jalousies, les peines de coeur, les beuveries, les montées de sève et poussées de croissance, les ra- vages de l'acné, l'ennui, la pénible découverte de soi et autres angoisses exis- tentielles sont les seules préoccupations de ces X-Men en herbe. La gamme de leurs fantastiques pouvoirs (télépathie, télékinésie, invisibilité, immorta- lité, etc.) se décline au quotidien et ne sert qu'à résoudre (ou à compliquer) les problèmes habituels de leur classe d'âge.
    Le résultat est une histoire chorale, bâtie autour d'une poignée de person- nages irrésistibles. L'humour subtil de Tamaki, sa passion conf rmée de livre en livre pour l'exploration de l'adolescence, la f nesse et l'acuité de son oeil, contribuent à faire de SuperMutant Magic Academy un graphic novel lui- même mutant. Dessinatrice hors pair, l'artiste nippo-canadienne fusionne toutes sortes de manières narratives et graphiques. La narration combine le laconisme du comic strip façon Peanuts et l'architecture savante des séries TV actuelles. Le trait, d'une incroyable assurance, associe la nervosité du manga à la versatilité crue des webcomics. C'est d'ailleurs ce support qui a vu naître le projet. Pendant quatre ans Tamaki a publié ses pages on-line.
    Pour l'édition papier, elle a rajouté quarante planches de facture plus clas- sique. Au total, le livre donne à voir l'immense étendue de son talent et la bienveillance de son regard sur l'âge le plus complexe (et complexé) de la vie humaine.

  • Rose et Windy se connaissent depuis l'enfance. Elles se retrouvent chaque été au lac Awago où leurs familles louent des cottages.
    Cet été là, elles ont 13 ans et 11 ans et demi, passent leur journées à se baigner, à faire des barbecues en famille et regardent des films d'horreur en cachette. Mais surtout, elles partagent les mille questions de l'entrée dans l'adolescence. Une étroite différence d'âge, suffisante à cet âge charnière pour que leurs préoccupations différent : Rose suit avec beaucoup d'intérêt les démêlés d'un groupe d'ados plus âgés, Windy aime encore jouer. Chacune d'elle se débat en parallèle avec ses problématiques familiales.
    Une plongée toujours fine et juste dans l'adolescence.

  • Qui mieux que deux femmes pouvait décrire aussi justement les atermoiements d'une adolescente entre parents divorcés, collège de filles un peu coincées et premier amour ? une histoire juste et touchante à découvrir d'urgence.

empty