Les commandes sur le site internet sont suspendues jusqu'au : 10/05/2021

Textuel

  • Voici pour la première fois réunies 200 revues d'art du 20e siècle avec 450 fac-similés. Transdisciplinaire et internationale, cette sélection est issue de la bibliothèque Kandinsky du centre Pompidou, qui, avec plus de 8000 revues est l'un des fond les plus riches au monde. Selon un déroulé chronologique, cette somme vient combler un manque en librairie : une autre histoire de la modernité au travers de l'extraordinaire inventivité de 200 aventures éditoriales.

  • Déambulation photographique sans cahier des charges si ce n'est celui de la performance créative et poétique à travers le territoire français«,» AZIMUT rassemble les regards de 31 photographes marcheurs. Sous l'impulsion du collectif Tendance Floue, cette marche en relais est ici restituée à travers correspondances, dessins et photographies.

  • Voici le tout premier beau livre offrant un panorama d'envergure sur la musique électronique à travers l'exploration de son imaginaire, ses innovations et ses mythologies. Plus de 250 images documentent les codes de l'electro qui s'impose comme une tendance artistique majeure de la culture contemporaine dont cet ambitieux ouvrage se fait écho. Son design affiche son esprit electro: une couverture sur papier métallisé imprimée en sérigraphie; à l'interieur un pantone fluo fait vibrer la maquette.

  • Le questionnaire de Proust

    Collectif

    • Textuel
    • 26 Octobre 2016

    20 signatures illustres pour un petit cadeau plein d'esprit.

    Pour quelles fautes avez-vous le plus d'indulgence??
    «?Les fautes d'orthographe.?» Raymond Queneau.

    Le fait militaire que j'admire le plus??
    «?La démobilisation.?» Louis Aragon.
    «?La fuite.?» Romain Gary.

    Votre occupation préférée??
    «?La dératisation et la destruction des photos de famille.?» Roger Nimier.
    «?Créer des personnages (après faire l'amour bien entendu).?» Georges Simenon.

    Louis Aragon, Antoine Blondin, Blaise Cendrars, Maurice Chevalier, Paul Claudel, Romain Gary, Eugène Ionesco, Joseph Kessel, Paul Léautaud, Pierre Mac Orlan, Roger Nimier, Marcel Pagnol, Jean Paulhan, Raymond Queneau, Georges Simenon, Elsa Triolet, Louise de Vilmorin etc., tous ont répondu avec humour, esprit et poésie, au fameux questionnaire de Proust. Toutes les réponses de ces signatures illustres sont réunies dans cet ouvrage.

    Le «?questionnaire de Proust?» est à l'origine un jeu anglais en vogue au xixe?siècle. Il s'agissait de dévoiler ses goûts et aspirations en répondant à une série de questions intimes. Il est devenu célèbre en 1886 grâce aux réponses apportées par Marcel Proust qui se livra à l'exercice dont le fac-similé est reproduit ici.

    A la fin du livre figure un questionnaire vierge à remplir.

  • Voici la première grande synthèse sur la photographie sociale et documentaire en France. Photographies, photomontages, magazines illustrés et documents d'archives révèlent les usages militants de la photographie entre 1928 et 1936. Avec des images, dont des inédites, de Eli Lotar, Germaine Krull, Brassaï, Willy Ronis, Henri Cartier-Bresson, Dora Maar, Charlotte Perriand...

  • Quatre grandes figures de l'engagement qui seront transférées au Panthéon le 27 mai 2015 sont présentées ici : Geneviève Anthonioz-de Gaulle, résistante et déportée, âme d'ATD Quart-Monde ; Germaine Tillion, célèbre ethnologue, résistante et déportée, opposée à la torture pendant la guerre d'Algérie ; Pierre Brossolette, unificateur des résistances françaises qui se suicida après son arrestation ; Jean Zay, ministre du Front populaire, assassiné par la Milice en 1944.
    Chacun des portraits sera illustré par des documents d'archives.

  • Dans la tradition du carnet de croquis naturaliste, cet ouvrage propose un voyage sensible le long de la Seine. L'oeil du voyageur est attiré par la grande variété de la faune et de la flore qui peuplent ce fleuve et cet écosystème unique qu'il nous revient de préserver. Des plus connues aux plus rares, des plus communes aux plus atypiques, elles recèlent toutes de surprenants secrets qui sont ici révélés.

  • Comment une image peut-elle nous provoquer, nous ébranler, nous transformer? Ce n° 8 des Carnets du BAL aborde un thème passionnant : l'irruption de l'image dans l'intime. Avec des textes d'Agnès Geoffray, Antoine d'Agata, Laurent Mauvignier, Olivier Assayas, Sébastien Lifshitz...

  • Les carnets du bal

    Collectif

    La collection « Les Carnets du BAL » explore les enjeux de l'image contemporaine. Pour sa sixième édition, elle s'intéresse aux dispositifs à l'origine du processus photographique. Le BAL, lieu incontournable de la photographie fête cette année ses 5 ans.

  • Parmi les images qui passent, s'échappent ou disparaissent dans un flux, certaines sont persistantes. C'est d'ailleurs le fondement de l'invention de la photographie : l'histoire d'une image fugace qu'on a forcée à se fixer. La persistance des images interroge la perception que l'on a de ce flux. Qu'elle soit mentale, photographique, cinématographique ou de toute autre nature : pourquoi se souvient-on de certaines images plus que d'autres ? Comment ces images parviennent-elles à se fixer dans la conscience du spectateur ? Quels liens la psychanalyse établit-elle entre l'image persistante et l'image traumatique ?

  • C'est une rencontre avec un auteur et les différentes facettes de son oeuvre que propose l'oeil du poète. Une rencontre en forme de parcours à travers un choix de poèmes : découverte pour les uns, invitation à la relecture pour les autres. Pour une poésie plus proche de nous.

  • Sept photographes : six Palestiniens et un Allemand, ont choisi de montrer chacun un des aspects du mur érigé il y a une dizaine d'années dont l'extrême violence, réelle et symbolique, renvoie au sombre souvenir du mur de Berlin. La multiplicité des regards interroge avec acuité les conséquences économiques, géographiques, sociales et culturelles du mur.
    Qu'ils retracent le trajet des travailleurs d'un côté à l'autre du mur, qu'ils explorent les strates et les textures du mur de Gaza, les non-zones des portes de Jérusalem, ou qu'ils en fassent un terrain de jeu onirique, les photographes ouvrent ici à nouveau le débat.
    Les photographes : Taysir Batniji, Raed Bawayah, Rula Halawani, Noël Jabbour, Raeda Saadeh, Steve Sabella et Kai Wiedenhöfer.
    /> Un façonnage singulier souligne la force de leurs images : plié comme un accordéon, il est dépliable en une seule bande imprimée recto-verso. L'ensemble est maintenu par une « bague » de papier. Un livre-objet extrêmement soigné qui fonctionne comme une métaphore.

  • Illustré par les magnifiques affiches de Michel Bouvet, ce " Petit répertoire du théâtre " propose un panorama passionnant d'auteurs dramatiques - classiques et contemporains. De Sophocle à Koltès en passant par Goldoni, Shakespeare, Marivaux, Musset, Dostoïevski, Ibsen, Pinter Césaire, ou encore Claudel, Feydeau, Tchekhov et Maeterlinck, le lecteur chemine parmi les plus grands noms de l'écriture théâtrale.
    Ces 60 figures majeures ont marqué la programmation du Théâtre des Gémeaux à Sceaux depuis 20 ans, qui a su également faire la part belle à la danse contemporaine, au jazz et au lyrique.
    Ce petit abécédaire donnera la parole à de nombreuses personnalités des arts vivants : metteurs en scène (Christian Schiaretti, Declan Donnellan, Thomas Ostermeier, Didier Bezace, Jacques Nichet, Dominique Pitoiset, etc.) ou chorégraphes (José Montalvo, Didier Deschamps, Mourad Merzouki, Aurélien Bory), qui délivreront leur vision de leur pratique aujourd'hui et qui diront ce qui les met encore en appétit artistiquement parlant...

  • Comment comprendre qu'une génération d'Européens qui clamait chacun dans sa langue " plus jamais ça ! " en 1918 devait subir, vingt ans plus tard, un nouveau conflit mondial ? Près de 500 documents éclairés et commentés par les meilleurs spécialistes, nous permettent d'accéder à ce que vécurent et ressentirent les acteurs et les témoins de cette Etrange Victoire. Les auteurs se sont attachés à montrer, mois par mois, les perceptions du conflit, les espoirs pour un avenir meilleur, les mentalités de ceux qui font la guerre et de ceux qui la subissent. Une société entière s'adresse ici à nous au travers d'archives militaires exceptionnelles et inédites, provenant du service historique de la Défense, de témoignages privés et d'écrits d'artistes, de récits poignants d'adolescents, de notes de Foch et de Pétain, de journaux intimes racontant la vie des villages et des usines, de cartes d'état-major et de cartes postales... " Je ne veux voir que la Victoire ! s'écrie Edmond Rostand en novembre 1918. Ne me demandez pas : "Après ?" Après, je veux la nuit noire... "

  • Ce livre met en scène plus d'un siècle de photos de famille, des débuts de la photographie à nos jours. Tel un « album des albums », il dépoussière ces petits trésors tapis dans nos greniers, nos tiroirs ou nos bibliothèques. Attachantes, drôles, émouvantes, ces images anonymes de « photographe du dimanche » révèlent une liturgie familiale.

    Ce beau livre photo offre un double regard : historique et esthétique. Défile sous nos yeux une passionnante évolution : celle de la famille qui s'expose en quelques 120 ans. Les vêtements, les objets, les postures, les regards, tout nous interpelle... Mais la surprise est surtout esthétique : car ces photographes amateurs s'avèrent de véritables auteurs. Sublimes sont les photos de Jules Antoine et particulièrement celles de ses enfants, Jean et Marthe, prises entre 1892 et 1912. Les archives photographiques de la médiathèque de l'architecture et du patrimoine (Monum) ont permis d'exhumer des auteurs parfaitement méconnus. Tel cet industriel en rubans, Henri Olivier, qui fait preuve d'un bel humour tant pour le choix de ses cadres que des saynètes familiales de 1880 à 1935 : belles « gamelles » à vélo, disputes au tarot, course folle... Quant à Larmurier, horloger à Paris, ses instantanés de bonheur de 1915 à 1937, jardinage ou bord de mer, sont de véritables petits-chef d'oeuvre. Une esthétique qui bien sûr évolue avec le temps mais aussi en fonction des milieux sociaux : une famille au grand complet dans la cour de la ferme dans les années 30, les pare-chocs rutilants de la 203 d'une famille en plein ascension sociale dans les années 50, le délire pop des années 70 jusqu'au bébé dans la couveuse à l'orée de l'an 2000... Car pour Jean-Claude Kaufmann qui signe l'introduction de cet ouvrage, « l'album n'est pas un objet comme les autres, il renferme des secrets. Pas des secrets de famille : ceux-là n'ont pas besoin des albums pour répandre leurs mensonges et leurs silences... Non d'autres secrets beaucoup plus mystérieux tenant à l'objet lui-même. » Dans ce texte qui constitue un véritable essai, le célèbre sociologue dessine une vision décapante de l'album de famille : « c'est en mentant par omission qu'il parle davantage, c'est en nous trahissant qu'il nous fabrique. Par le bricolage clandestin de la mémoire, il redessine selon ses propres lois des lignes entières de notre existence. Nous devons donc nous méfier de l'album, il n'est pas une simple petite chose en carton.

  • La crise financière mondiale a déclenché une crise générale de la confiance dans l'espace public, et suscite de multiples questions. Au fond, qu'est-ce que la confiance ? Comment la confiance en soi et en les autres se fabrique-t-elle ? Comment se transmet-elle au fil des générations ? Comment prend-elle forme au sein des instituions et des États-nations ?
    Dans cet ouvrage, auteurs et témoins reviennent sur les bases fondamentales de la confiance. Le lecteur constatera que, contre les logiques de méfiance, la confiance emprunte désormais des voies nouvelles, parfois inattendues : en se bâtissant sur la richesse d'une langue ou d'une culture, en réinventant des formes locales d'organisation collective, en se reposant plus sur les grands-parents que sur les parents, en s'appuyant enfin sur le pouvoir des réseaux sociaux ou sur la mémoire collective.

  • Pionnier de la consommation discount, inventeur du libre service textile, initiateur du célèbre vichy "rose et blanc",Tati, c'est un petit morceau du patrimoine populaire français, une griffe emblématique qui résonne de génération en génération. Cet ouvrage propose un écho intime et un regard décalé, à travers une double carte blanche: Récits vécus, les salariés d'hier et d'aujourd'hui racontent "leur Tati". Leurs chroniques sont émouvantes et drôles. Une vingtaine d'artistes contemporains, créateurs, peintres, affichistes, photographes, designers... interprètent librement l'univers de Tati.

  • Face à des modes de vie en mutation, comment faire évoluer les systèmes établis ? Malgré un contexte de crise économique et de défiance, des projets innovants se font jour, qui contournent et réinventent nos façons de consommer, de communiquer, de travailler.
    Quelle y est la place de la confiance ? Dans cet ouvrage, auteurs et témoins explorent les voies nouvelles qu'elle emprunte, dans les rapports de travail, entre générations, entre les citoyens et l'État, ou dans des collectifs aussi divers qu'une équipe de football ou une troupe de théâtre.

  • « Miró est un voyant et un visionnaire qui faisait d'incroyables assemblages dans une sorte d'énergie et de joie. Il veut nous emmener dans des terres nouvelles, franchir des frontières pour faire surgir un monde. C'est un esprit extraordinairement libre, qui toute sa vie luttera contre Franco. Aussi passionné par un poème de René Char, par une danse catalane que par un bloc de marbre. » affirme Olivier Kaeppelin qui a conçu cet ouvrage avec Isabelle Maeght.
    L'ouvrage porte sur la deuxième partie de sa carrière (1930-1983) quand Miró, tout en demeurant fidèle à la peinture, aborde de nouvelles expressions artistiques et développe une production exceptionnelle et inventive.
    D'où les titres des cinq chapitres :
    - Miró l'explorateur.
    - Miró l'artificier, le danseur.
    - Miró le découvreur et l'inventeur d'objets mentaux.
    - Miró le philosophe.
    - Miró le navigateur de la matière et des airs.
    L'originalité de leur démarche est de montrer combien l'oeuvre de Miró, qui aime à s'entourer, est ponctuée de rencontres fortes et primordiales.
    Six « focus » rédigés par Damien Sausset sont consacrés à l'importance de ces relations : Miró et les éditeurs, et les céramistes, et les fondeurs, et les poètes, et la musique, et la scène. Ces textes sont accompagnés de nombreuses photos, correspondances et fac-similés, pour bonne part inédits, trésors des archives de la Fondation Maeght.

  • Ce dossier propose une multiplicité d'approches des problèmes de la croissance et du développement économique. Ces questions soulèvent de vifs débats qui traversent tant la sphère militante que les milieux académiques. Accélération de la crise écologique, violence sociale de la finance mondialisée, reconfiguration partielle de la distribution de la puissance économique entre les nations, redéfinition de la division internationale du travail... le processus capitaliste d'accumulation poursuit avec une voracité et une vigueur effrénée son programme insatiable de transformation du monde. Les contributions réunies dans ce numéro visent à déchiffrer la dynamique actuelle du capitalisme et ses contradictions. Contrainte écologique, soubresauts et orientation de l'accumulation, critique du consumérisme et de la richesse réduite aux fétiches marchands, réagencements des rapports centre-périphérie, conditions politiques d'une émancipation non productiviste. Les contributions réunies dans ce numéro fournissent des armes pour résister et esquissent l'espace des possibles d'une construction économico-politique non capitaliste.

  • Poésie ? détours

    Collectif

    À travers quatre textes de poètes de la même génération (nés entre 1954 et 1964), Poésie, détours propose de définir ce qu'est le champ poétique aujourd'hui, mais par des détours.
    Pourquoi « détours » ? Parce que les poètes s'approprient désormais la poésie selon des modes et des approches qui n'ont que peu à voir avec le « genre poétique » tel qu'il a été défini par les modernes. Les idées et les pratiques dans le champ de la poésie se sont transformées, c'est ce dont cet ouvrage rend compte.
    Quatre poètes contemporains apportent leurs contributions majeures à l'acte et à l'art d'écrire de la poésie aujourd'hui.
    - Jacques Sivan aborde la lecture (et principalement de contes), condition pour lui de l'écriture, et donc de l'écriture du poème ;
    - Vanina Maestri, sous la forme d'un pseudo-journal (réinventé et réécrit), s'appuie sur ce qu'elle nomme un « land text » qui serait un entre-deux entre « le monde et le chaos » qui lui permettrait ensuite d'« organiser » son oeuvre poétique ;
    - Philippe Beck traque, littéralement et idéalement, tout ce qui est naïveté dans ses poèmes et dans ceux de la tradition, façon de désacraliser la poésie et aussi de la renouveler ;
    - Christophe Marchand-Kiss tente de circonscrire le champ de la poésie afin de l'élargir en inventant, non un nouveau genre littéraire, mais la notion d'agencement qui recouvre un grand nombre de pratiques d'écriture qui sont en-deçà, au-delà mais aussi dans la poésie.

empty