Editions du Rocher

  • Les huiles essentielles vous intriguent ?Aujourd'hui, l'e?cacité des huiles essentielles n'est plus à prouver. Puissantes et accessibles, elles deviennent de plus en plus populaires, mais peu savent réellement pourquoi elles fonctionnent si bien.Cet ouvrage d'aromathérapie se ?xe donc ce double objectif : vous accompagner dans l'utilisation des huiles essentielles, et vous expliquer leur fonctionnement. À travers une description détaillée de leur composition biochimique et de leurs propriétés, ce sont 100 huiles essentielles, 20 huiles végétales et 100 synergies d'aromathérapie que nous faisons redécouvrir. De quoi transformer votre curiosité en passion !
    Elles nous fascinent !Il y a 5 ans, j'ai fondé la Compagnie des Sens avec cette même curiosité. Et depuis, notre entreprise répond à ces deux questions : « comment les utiliser » et « pourquoi ça marche » au travers d'un site de plusieurs milliers de pages.Ce livre est le condensé de plusieurs années de recherches et d'analyses par une équipe pluri-disciplinaire de six personnes passionnées, composées de pharmaciens, d'ingénieurs, de biochimistes et d'agronomes.Nous espérons qu'il atteindra son but, et fera de vous un ambassadeur passionné de l'aromathérapie !

  • Les premières années furent celles des horizons lointains. Rappelez-vous : Raskar Kapac, gazette artistique et inflammable, était partie sillonner les espaces les plus inaccessibles. Entre 2016 et 2017, elle est allée s'exiler sur l'île engloutie de Mû aux côtés de Corto Maltese, elle est revenue d'entre les morts en suivant les pas sanglants de Guillaumet dans les Andes, elle a traqué avec Henry de Monfreid les peuplades perdues du Yémen et de l'Ethiopie...Les deux années qui suivirent - réunies intégralement dans cette seconde Anthologie -, furent pour Raskar celles des marges. Ce fut l'époque où la momie ne fréquenta que les damnés, les caraques et les inadaptés. De Fellini à Kazantzaki, de Blaise Cendrars à Tabarly, de Drieu à Antonin Artaud ; c'est un équipage hétérodoxe qui a composé avec maestria les dix derniers numéros de Raskar Kapac.Olivier de Kersauson, Titouan Lamazou, Patrick Tabarly, Benoît Heimermann, Christiane Rancé, Sylvain Tesson, Julien Hervier, Pierre Adrian, Charles Gonzalès, Stéphane Barsacq, Frédéric Beigbeder, Gabriel Matzneff et tant d'autres plumes ont aidé à la résurrection des grands artistes et des aventuriers, authentiques phares pour notre temps.Dans ce nouveau volume, se succèdent des textes variés, des entretiens exclusifs, des photographies ainsi que de nombreux dessins inédits.Alors en route pour un ultime voyage à bord du Transsibérien ! La momie attise la locomotive et, à sa suite, cahote le fabuleux wagon des artistes et des hors-la-loi !
    Les trois fondateurs, Maxime Dalle, Yves Delafoy et Archibald Ney, sont de jeunes mousquetaires de vingt-cinq ans et plus, unis par des passions singulières : l'amour des livres « brûlants » et des chairs voluptueuses, l'amitié virile, et une sympathie inextinguible pour les causes perdues.

  • « Si Dalida scintille toujours comme ces croix du Nil, symboles de vie, c'est parce qu'elle est plus qu'une chanteuse, c'est une star, une diva. Qu'elle interprète les mots du vécu ou qu'elle raconte des histoires imaginaires, la force de Dalida est de nous faire croire à ses chansons. Et elle le fait si bien que le charme opère toujours. »Même si les éclats de sa gloire n'ont jamais pu parvenir à effacer les blessures de son désespoir, Dalida a donné au mot « vivre » toute sa signification. Maîtresse de son destin, elle a tout contrôlé, même sa sortie.Ses amours médiatisées ont fait couler beaucoup d'encre. Femme fatale et sentimentale, la Dame du Nil aux mille chansons n'a cessé de courir après un impossible bonheur. Seul un amour ne l'a jamais déçue : celui de son public. De la fin des années 1950 jusqu'à sa disparition le 3 mai 1987, les foules ne l'ont jamais abandonnée ; elles continuent de vénérer cette âme fragile, étourdie de bravos et de musique, qui a fait de la chanson la panoplie de sa douleur. Spécialiste de la chanson française, Fabien Lecoeuvre est aux côtés de Patrick Sébastien dans l'émission Les Années Bonheur sur France 2 depuis plus de dix ans. Auteur de nombreux ouvrages de référence (sur Claude François, Johnny Hallyday, Jacques Brel, Mylène Farmer, Renaud, Joe Dassin, Eddy Mitchell, Daniel Balavoine, Michel Polnareff...), il a notamment publié aux éditions du Rocher trois tomes consacrés aux Petites histoires des grandes chansons et un dictionnaire-référence : Le Petit Lecoeuvre illustré.Peintre, illustrateur, dessinateur, Philippe Lorin, de ses aquarelles fines et nuancées, fait revivre de grandes figures du passé : De Gaulle, Colette, George Sand, Jacques Brel, Céline... Il a illustré dans la même collection au Rocher : Jean Ferrat, Brassens et Coluche. 

  • Enfouie sous la terre pendant quarante ans, la vérité sur les structures de répression de l'URSS vient frapper la conscience du monde contemporain dans les années 90. Cette vérité, c'est le récit authentique de la déportée Dalia Grinkeviciute (1927-1987), arrêtée la nuit du 14 juin 1941, à l'âge de 14 ans, avec son frère et sa mère. Dalia fera partie des 14 600 Lituaniens qui, sur ordre de Staline, furent brutalement arrachés à leur foyer par les agents de la Tchéka. Emmenés de force dans des wagons à bestiaux, puis par bateau sur l'île gelée de Trofimovsk, au-delà du cercle polaire, ils durent y accomplir des travaux titanesques. Sans vêtements adaptés, sans nourriture ni abris chauffés, ces malheureux étaient voués à une mort certaine.Les mémoires de Dalia, d'une grande qualité littéraire et rédigés après son évasion avec sa mère en 1949, nous exhortent au souvenir des déportés de toutes nations que le régime stalinien a condamnés sans pitié à une fin solitaire, déshumanisée, tous ces morts dont les traces des tombes ont été effacées par les glaces et les vents de l'ex-Union soviétique.Traduit en plusieurs langues, ce texte fait désormais partie des oeuvres classiques de la littérature des camps.Les dessins de Gintautas Martynaitis, rescapé qui s'était lui-même retrouvé dans l'enfer de Trofimovsk à l'âge de 6 ans, illustrent admirablement ce récit.

  • Consacrée au voyage à cheval, cette livraison réunit des contributions de cavaliers voyageurs tels que N. Ducret, C. Arnaud, S. d'Orgeval, P. Telmon ou encore A. Velter. Une second partie de la revue est consacrée à des sujets variés autour du cheval.

  • S'il est un nom que l'on associe immédiatement au monde du cheval c'est bien le leur : Pessoa. Nelson, le jeune carioca qui traversa l'Atlantique avec femme et chevaux au début des années soixante à l'assaut d'une Europe inconnue, devint alors Neco" le sorcier brésilien, cavalier visionnaire et fusionnaire qui révolutionna la planète équestre. Il s'imposa dans les plus belles épreuves du monde, mais les grands titres se dérobèrent toujours devant lui. S'il sut également façonner avec talent bon nombre de champions, sa plus belle réussite reste sans conteste son fils Rodrigo qui, désireux de marcher sur ses traces, le lui rendit au centuple. Avec beaucoup d'altruisme, Nelson saura alors s'effacer au bon moment et passer au service de Rodrigo qui parachèvera l'oeuvre du père en étant successivement sacré champion du monde, champion olympique et triple vainqueur de la finale coupe du monde. Nelson, le conquistador romantique, et Rodrigo le gentilhomme belliciste, c'est l'histoire d'un duo indissociable, mais aussi le récit d'une transmission réussie comme il en existe peu dans l'histoire du sport. La vista et la maîtrise du fils conjugués à la merveilleuse intuition et au savoir-faire du père. Une saga familiale unique.".

  • La publication de ce traité répond au souhait de Dharma Guruju, héritier de la tradition bouddhiste de la vallée de Katmandou et dernier maître à avoir pratiqué ce grand tantra qui occupe une place prépondérante dans la classificationtibétaine.Texte initiatique et secret, le Tantra de Chandamahârosana tisse la trame (sens étymologique du mot « tantra ») d'une voie qui mène à l'Éveil. Voie de sagesse et de sérénité qui peut sembler paradoxale lorsqu'elle prescrit des règles morales strictes puis valide leur transgression. Mais qui ne l'est pas.Rituels, visualisations, incantations (mantras), yoga, techniques chamaniques, union sexuelle dont le but est d'aider l'adepte à lever le voile de l'ignorance, sont ici réunis ; pour mettre un terme au cycle des renaissances ; pour atteindre laRéalisation.Dans un langage parfois provocateur, le Tantra de Chandamahârosana permet d'accéder à la Connaissance de la Réalité ultime en l'espace d'une seule vie.

  • Le XXe siècle a été marqué en Europe par le phénomène totalitaire dont les formes diverses - fascisme, nazisme, communisme - ont été inaugurées et portées par des chefs charismatiques - Lénine, Staline, Mussolini, Hitler. Cependant, par-delà ces hommes, le phénomène était sous-tendu de logiques spécifiques. La logique initiale renvoie à la dimension idéologique des mouvements totalitaires, une idéologie - racialiste, classiste ou ultra-nationaliste - qui, devenue religion politique, légitime la volonté de puissance et de domination totale qui anime les chefs et justifie leurs actions, même les plus criminelles. Lors de leur passage à l'acte pour la prise du pouvoir, les mouvements totalitaires mettent systématiquement en oeuvre la logique de la guerre civile qui ouvre le champ de tous les possibles en supprimant les traditionnelles limites de durée, d'espace et de moyens par lesquelles la violence étatique est bridée. Le déclenchement de la guerre civile implique la mise en oeuvre de la logique de la terreur qui, selon des intensités variables, a présidé à tous les régimes totalitaires. Enfin, pour conserver le pouvoir à tout prix et développer leurs projets - " construction du socialisme " en URSS, épuration de la race en Allemagne, création de " l'Homme nouveau " en Italie -, les régimes totalitaires liquident les élites traditionnelles ou démocratiques, et suscitent l'apparition de nouvelles élites totalitaires formées d'un type d'homme prêt à pratiquer la terreur pour mieux profiter des gratifications offertes. C'est à toutes ces questions qu'une équipe de vingt-cinq historiens, sociologues et politologues venus de toute l'Europe consacre sa réflexion.

  • Johan, Loïc et Benjamin viennent d'obtenir leur diplôme d'Ecole de commerce et se destinent aux métiers de la finance. Dans un contexte de crise économique mondiale, ils s'interrogent sur la légitimité de leur vocation. Ils veulent obtenir une réponse à la question essentielle: quelle est l'utilité fondamentale de la finance ? Ils vont avoir cette idée folle : se lancer dans un voyage initiatique qui les fera revenir aux sources de la finance, là où elle est une arme essentielle dans la lutte contre la précarité et l'exclusion. Un tour du monde à vélo, pendant un an, à la découverte de la microfinance. Une course dont les étapes, dans les zones de grande pauvreté, leur permettront de rencontrer les acteurs du microcrédit. Des sommets millénaires de l'Himalaya aux mégalopoles asiatiques, des glaces de Patagonie à la chaleur étouffante de l'Afrique, entre sentiment de liberté et perte des repères, ils vont examiner d'un regard neuf ce modèle de développement durable. Ils en comprendront les enjeux, distingueront ses dérives, découvriront son essence et son moteur: être une passerelle vers l'inclusion économique et sociale. Leur récit de voyage est rythmé par les portraits d'hommes et de femmes, rencontrés dans les bidonvilles, les zones périurbaines et rurales, qui ont mis un pied hors de la précarité, avec l'aide quasi providentielle du microcrédit venu appuyer leur courage d'entreprendre.

  • Qui aujourd'hui, évoquant l'année 1812, ne garde en mémoire une image dramatique de l'épopée napoléonienne : la ville de Moscou tout entière en flammes, une armée épuisée et affamée, affrontant avec courage le froid du grand hiver russe. Les écrivains d'hier et d'aujourd'hui ont surtout pris appui sur les témoignages des soldats de la Grande Armée; des officiers ont saisi leur plume pour justifier, expliquer et mieux faire comprendre. Avec la célébration du bicentenaire de 1812, nous découvrons le point de vue de la colonie française de Moscou, en privilégiant quatre témoins : un ecclésiastique, deux artistes de théâtre, un aristocrate lancé dans les affaires. Ce récit présente un nouvel éclairage sur la vie des Français emportés dans la tourmente de l'Histoire, celle de Napoléon, de la France et de l'Europe. Maître de conférences à l'université de Lille, Sophie Hasquenoph est spécialiste de l'histoire de la Russie et des ordres religieux.

  • Depuis 2001, les Rencontres internationales Monaco et la Méditerranée réunissent tous les deux ans des experts scientifiques et des intellectuels issus des deux rives de la Méditerranée, pour débattre des problèmes liés à la protection de son patrimoine naturel et culturel, et proposer des solutions concrètes. Ces Rencontres s'inscrivent dans ce qu'Edgar Morin appelle la pensée dialogique de la Méditerranée. Or, si ses héritages restent vivants, elle est aujourd'hui fragilisée par des événements politiques et par des phénomènes naturels inquiétants, qu'il faut comprendre et résoudre en croisant temporalités et points de vue. C'est en s'appuyant sur les traditions et en témoignant du présent, que les Rencontres abordent les défis du futur : les nouvelles technologies au service du patrimoine méditerranéen et de la diffusion de sa culture, la gestion durable et équitable de l'eau douce, le rôle civilisateur de la Méditerranée... Ces textes, qui font l'objet de ce recueil, sont issus des actes dont les problématiques engagent une approche partagée et globale.

  • La revue Cheval Chevaux n° 5 a pour rédacteur en chef Stéphane Béchy, cavalier et organiste, directeur du conservatoire et de l'orchestre de Caen. Le thème de cette revue porte sur les relations entre le cheval et la musique. 
    Bertrand Ailleret / Jean-Louis Andréani
    Pierre-Marc de Biasi / Denis Bogros
    Sylvie Brunel / Caran d'Ache
    Bruno de Cessole / Cesare Fiaschi
    Patrice Franchet d'Espèrey
    Jean-Louis Gouraud / Natacha Houtcieff
    Jan Krauze / Michaël Levinas / Marc Lhotka
    Jean-Claude Racinet / Catherine Tourre-Malen
    Claire Veillères / Adamo Walti
    numéro publié avec le soutien
    de la Fondation Lefort-Beaumont
    de l'Institut de France

  • À Sainte-Hélène, entouré de quelques fidèles officiers et domestiques, Napoléon va vivre de 1815 à 1821 dans des conditions extrêmes. Sur cette île balayée par les alizés, installé dans un bâtiment humide, l'Empereur s'épanche auprès de ses intimes. Avec eux, il va gagner sa dernière bataille: celle de la légende. Dictant ses souvenirs, avouant ses fautes, tout en cherchant à montrer l'acharnement de ses adversaires contre la France, il élabore ce qui doit servir à ses successeurs : un manuel politique doublé d'une importante série de commentaires ou conseils.Ses confidences de captif à Las Cases, Bertrand, Marchand, Montholon, Ali, O'Meara, Gourgaud, Antommarchi ou d'autres témoins constituent un formidable testament à destination des générations suivantes. Ces textes, rassemblés, croisés, sélectionnés et commentés avec soin, sont réunis pour la première fois en un même volume et dessinent un portrait original en creux de Napoléon. Deux siècles jour pour jour après sa mort, la voix de l'Empereur résonne encore et semble plus contemporaine que jamais.
    Historien, David Chanteranne est rédacteur en chef du magazine Napoléon Ier - Revue du Souvenir Napoléonien. Il a publié, seul ou en collaboration, une quarantaine d'ouvrages spécialisés sur Napoléon. Il est également conservateur du musée Napoléon de Brienne-le-Château.Écrivain et journaliste, Jean-François Coulomb des Arts a réalisé cinq documentaires de référence, tournés sur les lieux de l'épopée napoléonienne ; il est aussi l'auteur d'une dizaine d'autres films-documentaires sur le Premier Empire.Les deux auteurs se sont rendus à Sainte-Hélène.

  • L'esclavage des Yazidis par Daech est l'un des drames les plus marquants de notre époque. L'histoire des passeurs, qui ont créé des réseaux clandestins pour libérer ces innocents, restait à écrire.
    En août 2014, Daech lance une guerre génocidaire dans les terres de la minorité religieuse yazidie, au nord de l'Irak. Des pères de famille et des personnes âgées sont exécutés et jetés dans des fosses communes. Des milliers de femmes et d'enfants sont kidnappés et destinés à devenir les esclaves sexuels ou les enfants-soldats du califat .Face à l'horreur, des civils, femmes et hommes, renoncent à leur vie ordinaire pour devenir passeurs. Yazidis ou musulmans, ils sont marchand, chauffeur de taxi, médecin, journaliste ou avocat. Traqués par Daech, ils infiltrent les communications du groupe, recrutent des informateurs et des équipes clandestines jusqu'aux confins de la Syrie. Dans cette coalition hétéroclite, des intermédiaires aux motivations diverses parviennent à sauver des centaines de captifs. Sans eux, aucun Yazidi ne serait revenu vivant de l'enfer.Fruit d'enquêtes de terrain et d'entretiens inédits, ce livre propose un plongeon vertigineux dans la nuit de Daech, aux côtés des passeurs. Un récit intense et poignant où se mêlent courage, sacrifice et liberté.
    « Des récits de sauvetages impressionnants. »(Beate et Serge Klarsfeld)
    Spécialisé dans l'étude de la « Shoah par balles », le père Patrick Desbois a documenté le génocide yazidi par Daech dès 2015. Il a interrogé, avec son organisation Yahad in Unum, plus de 380 témoins yazidis récemment libérés et a créé quatre centres de réintégration dans les camps de réfugiés. Docteur honoris causa de plusieurs universités, professeur à l'université de Georgetown (Washington D.C.), il est l'auteur de Porteur de mémoires. Sur les traces de la Shoah par balles (Michel Lafon, 2007 ; Champs Histoire Flammarion, 2009), La Fabrique des terroristes (avec Costel Nastasie, Fayard, 2016) et La Shoah par balles (Plon, 2019).
    Costel Nastasie, descendant de déportés roms, président de l'association Roma Dignity, dirige les recherches sur le génocide des Roms pendant la Seconde Guerre mondiale et coordonne, avec 18 Yazidis, l'ensemble des activités de Yahad in Unum au Moyen-Orient.

  • La transmission est en crise. Pour les Européens de notre temps, la tentation est grande de se laisser bercer par les écrans, les slogans publicitaires et le conformisme ambiant. De suspendre tout jugement critique. De cesser de penser.Par une sélection de 200 oeuvres marquantes dans l'histoire des idées, cet ouvrage pose des jalons essentiels pour quiconque veut penser le monde. Les textes présentés sont presque exclusivement des essais, auxquels ont été adjoints certains écrits fondateurs des mythologies européennes et de rares oeuvres de fiction ayant laissé une image indélébile dans l'imaginaire européen. Les oeuvres retenues sont d'une grande diversité, couvrant de nombreuses familles de pensée et la quasi-totalité des sciences humaines et naturelles. À qui veut aiguiser sa pensée, ce livre donne une vision du monde, tout en permettant d'explorer des voies transversales, nouvelles.Fruit du travail d'une quarantaine d'auteurs, cette bibliothèque idéale est la meilleure porte d'entrée pour accéder au patrimoine intellectuel de notre continent. Tous les grands thèmes traversant les sols d'Europe depuis plusieurs millénaires y sont traités avec clarté et rigueur.
    Alain de Benoist, essayiste, philosophe, est l'auteur d'une centaine de livres portant sur la philosophie politique et l'histoire des idées. Il a récemment publié Les démons du bien (2013), Au-delà des droits de l'homme (2016), Le moment populiste, Ce que penser veut dire (2017), Décroissance ou toujours plus ? (2018) et Contre le libéralisme (2019).
    Guillaume Travers est universitaire et collaborateur à la revue Éléments. Il a récemment publié Pourquoi tant d'inégalités ? et Économie médiévale et société féodale (2020).

  • Résister au règne de l'individualisme, à la domination de l'argent et à la disparition du spirituel, tels sont les grands thèmes d'une pensée antimoderne que les crises de notre temps rendent plus nécessaire que jamais. En puisant chez Charles Péguy, Georges Bernanos, Léon Bloy, Fedor Dostoïevski et bien d'autres, la revue PHILITT cherche à rendre compte de cette crise existentielle qui frappe l'homme depuis l'avènement de la modernité. Dans notre monde technicien et consumériste, ces antimodernes apparaissent comme des guides hétérodoxes capables de raviver chez nos contemporains un souffle que l'on croyait perdu.Analyses exigeantes de grands textes classiques, entretiens avec des spécialistes reconnus (Antoine Compagnon, Pierre Glaudes, Rémi Brague...), études d'écrivains majeurs tombés en disgrâce et ouverture sur des écoles de pensée marginales ont fait de PHILITT le porteur d'un horizon singulier, en rupture avec le modèle philosophique dominant. Pour la première fois, près d'une décennie de ce travail précurseur est rassemblée dans un vaste volume, augmenté d'une préface inédite, qui fait le point sur notre monde et permet d'appréhender celui qui vient.
    Matthieu Giroux, journaliste, est fondateur et directeur de la revue PHILITT. Il est l'auteur de Péguy, un enfant contre le monde moderne (Première Partie, 2018).Youness Bousenna, journaliste, est rédacteur en chef littérature de la revue PHILITT et auteur de Camus, l'éternité est ici (Première Partie, 2019).

  • Les économistes de renom qui ontcollaboré à cet ouvrage ont des points de vue différents sur l'économie etn'appartiennent pas aux mêmes courants politiques. Pourtant, ils pensent tousque la sortie de l'euro est un préalable au redressement de l'économie. L'eurotue l'Europe : désindustrialisation, paupérisation allant de pair avec unedésertification économique de parts entières des pays et la concentration derichesses et de pouvoir dans quelques endroits... Des réformes injustes etinutiles, une monnaie qui n'a pas évolué en instrument de puissance à l'usagede tous, un aveuglement ayant déjà couté trop d'emplois et de vies... Par cetouvrage, Jacques Sapir, Jean-Jacques Rosa, Norman Palma, Gérard Lafay, Jean-PierreGérard ou encore Jean-Claude Werrebrouck avec les contributions d'auteursd'autres nations européennes veulent se détacher des logiques partisanes etapporter une contribution scientifique à cette question : l'euro est-ilmort ?« Enfinir avec l'euro, c'est lapossibilité et la tentation de soustraire lesmonnaies à l'empire mondial de la finance. C'estaussi le possible rétablissement des souverainetés disparuesavec la privatisation des monnaies. C'est enfin lepossible cheminement vers une forme renouvelée de l'État-Nation. C'est en conséquence le possible rétablissementd'une démocratie confisquée. »Directeur d'études à l'EHESS, expert des problèmes de l'économie russeet des questions stratégiques, Jacques Sapir est aussi un théoricien del'économie qui a notammentpublié La Démondialisation, Le Nouveau XXIe siècle, La Fin del'eurolibéralisme, et dernièrement Souveraineté,Démocratie, Laïcité.

empty